Derrière lui le clavier martèle
il s’attache à chacun des mots
Il y a un seuil et il y a une ombre
traverser c’est à dire passer
peu importe ce qu’il y a derrière
il faut qu’il y ait une épaisseur
se dénuder comme on revêt
il trouve qu’il a un gros ventre

déshabillé suite

(c) Hirosi Nagare
(c) Hirosi Nagare

la poussière fait écran
du bout
des lèvres séisme grandes glandes paradoxales et
levée longitudinale
à la louche
mise en bouche les cuisses au sec
versant osé du
pot au lait
dégoulinant de la soupière tragique

(c) unknown
(c) unknown

De la coquille
un peu de nacre le
miel est blanc sous la dent
huître triste
membres  et coup de sang
suc et sucre
s’avancent à
pattes grises
au long
cours l’araignée sur les jambes

et la Pin up agile funambule sur un cil
Digital love
du bout des lèvres
la rosée
sur les pores et queue de cheval
gicle et buse sont redondants

(c) Victoria Selbach http://www.victoriaselbach.com/mary1.html
(c) Victoria Selbach

Il est un bossu au Sud
la croix
en autant
de points   ciel étoilé
Orphéa sur Orphée
battus à tous les vents

Groseille mantra et jaune acide
violette ou sureau
je compte jusqu’à trois 1em-1-480x425
c’est un hautlecorps
l’étau en fishnet
fiole de poison c’est un justeaucorps
corps aux écailles
corde de chanvre et fil à fil
pique et repique
l’aiguille à l’acier trempé
la langue le chat un filet doux
museau ou Jambes
mordille à la la la raie

drifting

allez, je rêve
des mots que j’ai dit je retiens celui de fournaise
de  volcan
de basse continue
de songe et d’apaisement

de tous les noms de poissons
entre les doigts souvent si froids
que j’ai laissé filer
souvent entre les glaces
battues sur la terre ferme plus plate
qu’un amour sans lune

 Est ce pourquoi
tu es triste et mon obsession stérile
ce silence encombrant et la couleur sans parvenir à la briser
il faudrait que j’arrache
ton sourire convenu
je sens que tu te détournes dérive sans vent