vent violent

un vent volant
ouvert à la terre
secoue l’enlacement des troncs

en ballet chaotique d’aiguilles
en désorientance affolée

les pins épousent les râles du vent
l’aloès s’étoile en fleurs amoureuses
tige en mât de senteur ébouriffée

pousses aurifères
rouille
au roc
en touche odorifante

je te vois allongée au rouge
assoiffée de bleu
à la marge de l’embrun
en écho au chant de la rive
trilles violettes
sous l’algue évadée

au vert du bleu élagué

tu t’assoies au gouffre tranchant
sur la roche émoussée
épousée en pointes rosées
sur l’éclatement volcanique

les pieds rêvent de l’eau
où serpentent
vert tendre
comme au flot du courrant
le coeur porté par le souffle carmin

tu t’ébroues à la brise
au frisson du clair de ta peau

piment doux ,
ma surprise en perles salines
sussure en tressaillant ton effarement

tu minaudes à l’inconfort de l’air ,
giclée de repos froid

carresses boutoirs les rayons blonds

se farde
la lumière insulaire
se garde
en déchirure solaire
s’épure
en tâche au brasier allumé
s’égare
à l’indigo étal à l’horizon

se meurt
perdue en eau bleutée

le rût de l’air
battu
se rue en écume contradictoire
au bond de cristal
au vent vertical

par delà le noir ancien des profondeurs
regard ricochet

du haut de la redondance des crètes

l’eau
l’espace
se soumettent au blanc perlé de la distance

coché
à la clarté noisette de tes yeux
luisants
au projet du lointain dérivant

ton bras à l’enjambée
granites
reposoirs de ta nuque

la fraîcheur m’attire
je dévale de pic en roc
à l’outrance du corps
les muscles à l’aise de l’eau
se détendent
se referment sur la peau

qui s’écrie
qui s’ébat à tout rompre
au fil glacé du libre écart de l’onde
qui résiste en carresses

l’allongé s’élance en coulées fluides
enjouées
trouble mouvant
survit en embranchement des plaisirs

je perce le trou de sable
ce ventre d’écume

je défie l’étendue tendre
qui permet à l’oeil
ce que le profond répprouve

la densité sourde m’accueille
à l’ombre cachée
attire à moi
la sirène nageoire
du mythe

mon élancée
ma vitesse
tu te jouis dans la trajectoire

à l’accord
à l’ivresse
au flanc du rire

homme éblouit dans cette étreinte
je te cherche au loin dans la nudité

Publicités

2 réflexions sur « vent violent »

  1. merci louve de préférer ( c’est l’intention qui compte) mon souper indigeste de mots au gavage de foie gras et de caviar qui t’attend sans compter le champagne bien sur ,
    à mopins qu’il ne s’agisse d’une petite poutine et d’un carribou braisé , ça se boit le carribou , non ,
    orignalement à la tienne et revient vite !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s