odyssée II ( sur une peinture de Rafols Casamada)

reviendrons nous jamais ?
le grand cercle infléchi vers le point comme une pliure à contre sens
se pliera t’il jamais ?
sommes nous condamnés à une errance droit fil inflexible et sans fin
le bleu terrifiant opacise la masse s’incise de gris assise de boue recluse de blanc ride d’onde au grain impatient
mouvements concentriques inquiétant en dessous
surgissement fatal ou reflux violacé au retour d’un orage
les déviances rejettent les bris au couchant
la voile obstinément aux veines noueuses accroche le vent à dériver à court courrant et remonte l’insolence
le trajet plie en ressort
à contre courrant
rechigne au fanal enlacé du chant percuttant et crève du devant
bander sa vie en refus je tords sombre le mouvement fatal
revenir en ployant l’étrave aux os de l’eau en rive à terre
et
advenir
malgré les filets d’iles
sardines filant en mirage ironiques
morue puantes à cale de vague
enragé sourdre à l’impuissance
repoussoir de l’en avant
revenir
arrimer ce qui ne se résoud pas
tension qui plit l’espace à sa loi
finalement.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s