vent de langue

Le vent d’est en ouest se frotte aux vagues
hOmme Mage
l’oeil en sourire
oblique
roches éruptées
en sang
l’affirmation singulière

Le grand vent de langue
insuffle l’opposition
défie l’encravaté im-monde
Il répond en braille

sel
la ligne océane
marée mauve
les fleurs de lichen
les pierres
roulent
aux rousses douces

Ici la mélodie
foudroie le chant
elle tournoie
et mire en rond
et danse

S’emboîtent les deux barrières
montagne et mer
à grande plaine osseuse
les Mots couleurs
du temps qui braille

sifflement câlin
le schisme
en désaccord rugueux
l’accent surgit en taille et raille
le parler
l’arrière irrigue un fond ancien
creuse une ripaille
balaffre
genêts de gouaille
faille
où roucoule le grand fleuve

Outre vagues
la langue se retrouve en tempête

Car ici et là le pays se retrouve
comme en ses sources
fausse rage et talus des crocs
la rive se fend en air
le charme hôte de l’age
s’entrefend le mot aurore

je me réjouis
je me rejoins
mon dense ailleurs

Publicités

1 réflexion sur « vent de langue »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s