remember

puissance tellurique , poids de la parole comme chemin tracé dans la terre de nos humanités droite quoique courbes , la couleur teinte terre et eau, ciel et chaud mais surtout nous dit hors de toute tergiversation , replis et retrait , négation et affirmation de bois brulé,
brève une voix hors de doute qui combuste à la réflexion ,
certainement pas oubliée ni incertain ,
il demeure frèle comme une forêt qu’on pourrait certes abattre pour en faire du papier à rouler les cigarettes ou imprimer des publicités éphémères , mais la forêt dense est presque pierre, reste mémoire strate d’une humanité à jamais dans le vif

P S pour mémoire ,

fragilité du temps et mémoire ultime face à l’incommensurable immense , même réduit à un chainage de plastique ,
le cri des arbres de la forêt abattue , calcinée mais revivifiée dans le cri de l’arbre rebelle

finalement
en revenir aux mots du cœur …

sources : Kacimi, Mustapha Dimé, Krajcberg, Tannella Boni …

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s