licou d’hypnos

L S 2005

est ce le feu
cette touffe cendrée
le givre
dissout l’étreinte

la  violence du choc fut telle
qu’île en elle
en trombe le bleu soudain
par l’éclat des yeux
évanouit le jour

allumé
le feu regorge
d’amertume
cette ride à l’espérance

astre majeur le gouffre
tombe
aspire l’ajour
rive
cette déchirure d’embrun à l’écrin indigo
fine seule et belle
le rire d’onde plissé en œil

nouvelle

la fin hisse
se retire
désir désabondé
la joie crie
terre

fragilité d’opale
cataclysme majeur la secousse fissure
bris de roches
d’un tremblement incertain
la vrille spirale en chute de fuite

est ce définitif ?

l’entrejambe de sang
déserre
le licou d’hypnos
de la vague meurtrière
le désir ravage
fil tendu
perdu aux lèvres de dédain

Publicités

1 réflexion sur « licou d’hypnos »

  1. De son cou, je suis la proie,
    Cette veine palpite dorée,
    Une terre plastique, mots d’elle,
    La tempête est ouragan, en son oeil,
    Aveugle, je la suis, je la mange,
    Ce feu attisé par ses airs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s