coroles décoiffées

les yeux grand ouverts

parure argentée un ventre plus foncé que la terre

des mers en verve

un bourbier d’où germent les troncs décoiffés


corolle en suspend libre souffle de la main

bet 017

Publicités
Publié dans Non classéTagué

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s