hélicots

l’azur contredit s’étonne du sang caillé

une épanchée sombre
les baigneurs écœurés entre les nappes de mazout
hurlent aux gémonies les carcasses hurlantes des mirages

les sillons foutres de guerre,
l’oiseau dans le ciel voit son ombre sur la jeté
un bec des plumes  les écailles d’une écrevisse

les yeux mouchetés d’une rascasse
la bouillabaisse fume encore

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s