Asphodèle

COMME DES AMES A TRAVERS LA CAGE

LES OMBRES JOUENT A SE FAIRE PEUR ad_2

bet 078

ty 02081_1

La lumière régale une opacité de fête, devin le dervish cible à l’entremet et pleure, un régal égal, l’irrémédiable consent à s’assortir, un vulnéraire dérisoire
décline l’émiettement d’un parterre étoilé, ci-git celles-ci invisible aléatoires, ce sont les feuilles craquelées, elles se fraye un chemin vers le dicible, rient de se savoir à terre,
colloïdal, asphodèle circonspecte
isthme de déroute,
le passage étroit fluctue le doigt se plie
le soleil passe.

Publicités
Publié dans Non classéTagué

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s