arrogance du désir

le piège de l’incandescence
la flamme à l’affut

§

sous la cendre couve l’œil de braise
mue instantanée

§

deux yeux
le réel fixe
attend sa proie enroulé dans l’indifférence

§

férocité carnée
les sens étirent à lui la gambade insouciante

§

la belle à l’incarnat
s’étonne des remous
bouche de l’embrasement

§

dépité le désir tapi
étonné lui même de ses épanchements

§

lisse
l’éboulement de mer à l’aube suivante

§

est ce le désir cette arrogance
que cherche t’il
n’est ce pas lui-même la visée de l’incandescence ?

§

corps aux abois
meute du cœur
le  désir veille

§

écarquillé et rouge
se sachant gris
le corps surpris s’entend souffler

§

à l’age gris
en dormance cette rive à  l’âme
l’automne la marée de l’aurore

§

érosion du temps
l’être est il déjà pétrifié
lave imprévisible

§

tes renflements dans ton sommeil
te creusent
une tige
verte mimétique  de l’ardeur

§

dans mon reflet les bras m’en tombe
les yeux se désillent

§

à l’aube de la mort
l’astre rouge s’obstine à fanfaronner

§

honteuses
les noces de la nuit tombent à la pesée du jour

Publicités
Publié dans Non classéTagué

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s