Aléas corpus

les pieds
s’acharnent à rattraper le sol
et la rigole
qui s’élimine
dérive entre les sureaux

d’aubépine

comme un ulcère
qui digère la rivière
je m’allonge
en lit de jonc

la mare rouspète
entre les tiges

le beau corps tangue

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s