talus song

et si le long du talus

le bec armé d’un poil de barbe / écrire /trempé dans la pluie

douce amère

la langue la frange sur les genoux /dépliée /  la flaque d’eau

la vie lourde

laperaient si tel était le lait à s’en donner l’étournoiement

 

mord au dent

à douce chair

les herbes rousses

à rebrousse poil

et les os en friche

 

le ventre en tambourin sec écarquille le nombril à la lune

et pleure une sente

les pieds de battre le sol giflent à pleine poigne le soleil

et vente  le saule

 

gigue atomisée et s’initier au joug des voix respiratoires

 

et le violon jeune

jouit la jouvencelle

branle la charrette

 

et Laure s’hémistiche tant que les mèches émèchent et lame

au son assourdi

 

il y faudrait des rondes et des joues il y faudrait des jupes et des jours

 

à soulever

à démêler

 

quand la rime me vient aux tempes dans les boucles turquoises

 

l’orage

 

et grogne l’ Esméralda

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s