sente

mais je crois qu’à force elles construisent une barrière de fer

 

à force de chercher à détacher l’air

à force de forcer la terre à lâcher l’air …

à force que l’air s’infiltre dans nos têtes

 

les paroles sous couvert

et les fossés

et l’habitude des bombes

finissent par ouvrir en soi

comme un chemin

 

par se retourner contre soi

 

contre la paix

le poids de l’enfance

d’un silence

et l’attente d’une rosée

 

ce sont  nos yeux qui s’éteignent

le fer et les paroles qui  ferment

 

les cris  entament  le corps
les rêves ne savent plus rêver

et l’esprit

ne parvient qu’à retourner vers les lieux de la  blessure

 

 

alors peut être il ne faut plus chanter

 

il faut baisser les bras

ramener à soi  le sol

et commencer à partir

loin d’une bouche close

 

vers cette ligne verte

qu’une voile te promet

et en chemin tout jeter à l’eau

pour une bouffée

 

l’espérance

 

 

et troquer son chapeau contre une semence de l’arbre

une senteur d’eucalyptus

une errance Rapa Nui

 

un sentier

et tout oublier

s’oublier

au fond du bleu de l’eau

 

Publicités

1 réflexion sur « sente »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s