profiterolles

I confess that i stray in her eyes
Nite_ n’roll
last night I was watching your skin and the painter suddenly drew your picture on your back
alive the lines gave me the thrill , made me want love and beauty


so I stray in words trying to get off the mist of my sleep


In that sleep of my dream is an island where strange words remind the turn of the wheel
I draw nearer to that soul of her eyes and  try to go through these clear waters of hers splashing on my knees as I drink the surface of her thin sheet
her skin forbids but her eyes let her breast open un trait circule entre l’envie dans le détroit du chemin
le cercle m’assène cette folie
de pierres mon regard ne voit que l’eau et agite la pureté du nénuphar dans l’argile de l’oeil ,
tendre et tendu c’est l’agitation sans souffle qui laisse aller la puissance du non-dit tout à coup montent les mots et éclaboussent
de loin l’ongle de mon rêve touche l’écho des poèmes le noeud à l’origine du monde, noir de suie
encre ourdie des nuits de froid
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s