se ressaisir

orage qui menace dans le lointain

 

 

une ortie s’essouffle au milieu des jonquilles

 

 

 

le paysan distinctement les a  fauché

 

 

 

le chat avec ravissement se roule dans la poussière il se frotte à tes jambes et tu râles

 

j’ai acheté des merguez je me ferai un barbecue les poissons de midi macèrent dans le citron le thym et la cannelle

 

 

 

je rêve de la baie et d’une belle sur le sable

 

 

riant de moi je me mêle au vent et gronde comme une oie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s