et si soudainement

et si soudainement les pieds trempés n’ont pas touchés l’eau

la poussière aussi s’en défend sinon elle serait de la boue

le thé dans le sachet attend que bout l’eau

rouge pourtant l’eau inonde le bleu et jailli au bord des corps

une grappe de pins simule l’extase quand passe la pie

mes rêves ont tendance à s’étoffer dans la couleur

le signe s’octroie le toucher et engloutie la bouche s’ouvre

la courbe dès lors a la longue chevelure défaite et l’étoffe des mets


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s