perlée

j’écrase mes pieds sur le sable
les tiges hors du sol
est ce anarchique ?

abondent

le végétal recouvre l’ensemble

le mouvement la pointe d’une oraison

chant d’ascension

Ô sa

la terre recouvre

je recueille la fleur dans mes mains et étire les senteurs
la couleur nourrie de la senteur

ainsi couleur et senteur semblent embraser l’étendue qui chante dans le corps
lui donne le frémissement que les lèvres perlent

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s