comme des crépuscules comme en plein jour

Mais surtout nimbée le soir
sur le mat blanc
le cygne
la lune soufflée
entre les bois sombres
elle pleure
bleu brillance du noir
ou l’ange main
grains de lune
il faut descendre plus bas que les seins
je les aperçois
glisser plus encore à l’eau
dans le corps mis à la blancheur
mate et mure
il dévale de cette douceur
soie brune

 
comme des crépuscules comme en plein jour

 

nakashima
nakashima
Publicités

4 réflexions sur « comme des crépuscules comme en plein jour »

  1. Comme des crépuscules comme en plein jour,
    Juste un fil,
    Clair dessine un contour,
    Je te vois à contre-jour
    Et tu éclipses,
    Le poids de la lune
    Dans le corps mis à la blancheur,
    Mais à sa face cachée…
    Et les courbes se croisent,
    Je ne les vois,
    Qu’avec les doigts,
    Et la peau tendue en est l’écho,
    Jusqu’à la soie brune,
    Juste devinée,
    Au-dessus, se penchent les arbres,
    En dentelle, dans l’indigo,
    Le silence, juste parcouru,

    Par ton souffle.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s