drifting

allez, je rêve
des mots que j’ai dit je retiens celui de fournaise
de  volcan
de basse continue
de songe et d’apaisement

de tous les noms de poissons
entre les doigts souvent si froids
que j’ai laissé filer
souvent entre les glaces
battues sur la terre ferme plus plate
qu’un amour sans lune

 Est ce pourquoi
tu es triste et mon obsession stérile
ce silence encombrant et la couleur sans parvenir à la briser
il faudrait que j’arrache
ton sourire convenu
je sens que tu te détournes dérive sans vent

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s